suedeFilm suédois de Alf Sjöberg (1944) Genre: Drame

135721536Jan-Erik, jeune lycéen, est brimé par Caligula, un professeur de latin tyrannique. Il tombe amoureux de Berta, une jeune femme aux moeurs légères. Celle-ci lui confie qu'elle est harcelée par un homme, qui se révèle être Caligula...
Sur un scénario de Ingmar Bergman, alors âgé à peine de 24 ans, et qui débute en tant que metteur en scène 1 an plus tard, "Hets" est un film marquant dans l'histoire du cinéma suédois.
Le scénario du jeune Bergman, est alors complétement d'actualité, plein de profondeur, d'humanisme, et en plus, doté d'une grande maturité et intelligence. Beaucoup de recul, et une analyse profonde des moeurs suédois en pleine seconde guerre mondiale, avec une certaine dose de social, thème qui fera le cinéma de ce jeune prodige, qui réalisera pas moins de 50 longs métrages au cours de sa carrière incroyable.
"Hets", avant d'être du Bergman, est avant tout une réelle étude du comportement. Il centralise moultes problèmes, et à travers une mise en scène impeccable, les démontre sans prendre partit.
Alf Sjöberg, réalisateur de la nouvelle vague suédoise, à qui l'on doit des films tels que "Le père" ou "Mademoiselle Julie" entre autres, s'investit à fond sur l'aspect technique et visuel du film.
Le noir et blanc evidemment est présent, mais il est d'une perfection incroyable.
Les plans, techniquement parlant sont parfaits, beaucoup de plans fixes, des panoramiques, et quelques travellings, font la qualité du métrage.
Musicalement, on ne retient pas forcément que du très bon, mais l'histoire est tellement prenante, et la réalisation quasi parfaite, qu'on fait facilement abstraction de celle çi.
Cette histoire d'amour, encore une fois tourne à la tragédie, avec également cette fameuse tierce personne, qui vient s'y greffer. Il y'a en même temps, la dualité entre un prof tyranique et un élève bouc-émissaire, et l'histoire d'amour entre cet élève et une jeune femme, elle même tyranisée par le prof. C'est malsain, troublant, inquiétant et on se retrouve plus ou moins complice de cela. Attrayant donc, mais aussi incroyablement surréaliste. Pas dans l'impossibilité que cela arrive, mais dans la dimension percutante que cela prend. On s'imagine mal à quel point la souffrance intérieure de ces êtres déchirés par l'amour puisse être aussi troublante et fascinante de cruauté. Pour finir, "Hets" est une superbe oeuvre, très en avance sur son temps finalement, et qui aujourd'hui encore peut facilement être assimilée par tout à chacun. Sjöberg, excelle et signe peut être son meilleur film, quant à Bergman, il ne commence ici, qu'une longue carrière couronée de succès.

Note: 4/5